Pseudo :   Mot de passe : 
sera ajouté automatiquement à la fin de votre texte.

300 caractères restant (et 3 anecdotes aujourd'hui)


Choisissez une catégorie :
Prévenez moi si mon anecdote reçoit des commentaires. Email :
64% normal (208 votes)

J'ai 18 ans et je ne connais pas mon "orientation sexuelle". Chose certaine, je ne suis pas "hétéro" et ne me suis jamais considérée comme tel. Mais les concepts même d'"orientation sexuelle", "hétérosexualité" et "homosexualité" n'ont aucun sens pour moi. Suis-je normale ?

Auteur : Gaetan Guay-Tanguay, il y a longtemps
 7 moi aussi.

Les commentaires sont désactivés pour cette anecdote




Com#80400  | score:-2  +1 -1 | Par lorenzaccio [Android]

tes pas futer comme emme ! faut lr faire !

Com#80401  | score:1  +1 -1 | Par feemine [Android]

mais tu est en rogne contre tout le monde ou quoi ? je n'ai jamais vu un de tes commentaires gentil sauf pour inciter les filles a se maquiller !

Com#80403  | score:1  +1 -1 | Par Jasmine Silice

C'est un peu comme dire que la couleur de peau n'a aucun sens pour toi.
Pourtant on a tous une couleur de peau. Une couleur qui change selon les situations. Et pour simplifier on a fait quelques grandes catégories de couleur de peau, par exemple les noirs, les blancs et les métisses.

Donc pour connaître ton orientation sexuelle, c'est simple : par quel genre de personne est-tu romantiquement attirée ? Par quel genre de personne est-tu sexuellement attiré ?

Si tu n'est attiré par personne tu es asexuelle. C'est aussi une orientation sexuelle. Si tu es attirée par les deux selon les situations tu es bisexuelle.

Non, tu n'échapperas pas aux petites cases dans lesquelles on met les gens. :)

Com#80436  | score:1  +1 -1 | Par Gaetan Guay-Tanguay

L'orientation romantique et l'orientation sexuelle sont deux choses différentes.

Je suis asexuelle, ce que j'ai découvert après avoir posté mon anecdote, mais avant avoir lu ton commentaire. Cependant je ne considère pas ça comme une orientation sexuelle, mais comme une absence d'orientation sexuelle.

Com#81023  | score:0  +1 -1 | Par Anatole Tyran

Je suis aussi asexuel, et je considère ça comme une orientation sexuelle. Mais libre à toi de le penser, la définition n’est pas rigide ;)

Com#80827  | score:0  +1 -1 | Par Laurent Mésentère

Sur la couleur de peau, les simplifications en deviennent eloignées de la pigmentation réelle souvent.Dans ce cas " la couleur de peau" a alors plus un sens de catégorie pour le regroupement social, que de nommer une réalité.Une personne noire , peut s'envisager sous sa pigmentation plus nuancée, et précise, sil elle a evolue dans un environnement ou les personnes ne lui ont pas fait prendre conscience de sa distinction pigmentaire, le jour ou elle croisera un groupe de noirs, si elle pourra constater similitudes et dissemblances du teint, elle pourra ne pas se reconnaitre, ni faire une base d'identité, d' un mot qui en vient à s'assimiler aussi à ethnie, ou qui porte le sens sous jacent parfois d'une evidence de validation communautaire.d'ailleurs c'est pas parcequ'on a tous une couleur de peau que lon doit en tricoter un sens..

Com#80831  | score:0  +1 -1 | Par Jasmine Silice

Oui, on se sert de la couleur de peau pour identifier des groupes culturels. Ça n'a pas vraiment de sens à mon avis. Et ce n'est pas de cela dont je parlais. :)

Com#80414  | score:1  +1 -1 | Par Maalou [Android]

À mes yeux c'est totalement normal, on né tous bisexuel, et on ce forge une "idée" avec l'éducation et les préjugés qui nous entourent. Bon nombre d'homme et femme ce rendent compte après des années et des années de mariage qu'ils sont homosexuel, ou beaucoup d'homme et de femme ont déjà eu une attirance plus ou moins flagrante pour une personne du même sexe, mais souvent les gens ce cachent et trouvent des prétextes .. ou pour d'autres c'est inconcevable par rapport à leurs religions ..

Com#80423  | score:1  +1 -1 | Par Karine Deuil

Non nous ne sommes pas tous bisexuel, ça c'est du formatage débile qui cherche à tout uniformiser arrêtez de répéter les conneries que vous entendez à la tv svp...

Com#80427  | score:0  +1 -1 | Par Jasmine Silice

Même si être exclusivement homo ou hétéro relève du formatage social et culturel, je ne pense pas qu'on soit tous bi.
Regarde simplement parmi les animaux, l'homosexualité est assez exceptionnelle (bien que présente).

Il y a bien quelque chose de physiologique dans l'attirance envers l'autre sexe. De là à dire que les homosexualité est une maladie, il n'y a qu'un pas que certains s'empresseront de franchir. Ce, à quoi je répondrais que la différence entre une maladie et une différence individuelle c'est qu'il y en a un qu'on a mis dans un bouquin.

Com#80440  | score:2  +1 -1 | Par Gaetan Guay-Tanguay

Jusqu'à il y a quelques semaines, je pensais aussi qu'on baissait tous bisexuels, ce qui aujourd'hui ne me semble plus avoir le moindre sens. Pour autant, je ne pense pas que l'on nait "hétéro" ou "homo" ou même "asexuel". Dans tous les cas il s'agit de goûts, les goûts ne sont ni innés ni acquis, mais un mélange des deux.
Donc, on nait avec des prédispositions à aimer ou ne pas aimer telle ou telle chose, mais l'expérience peut ou bien renforcer ces prédispositions, ne rien changer (donc nos goûts sont ceux auxquels on était prédisposés, mais alors pas autant marqués que dans le premier cas) ou encore, nos expériences peuvent faire en sorte qu'on va à l'encontre de nos prédispositions. Les goûts changent, l'orientation sexuelle change, rien de tout ça n'est complètement inné ou complètement acquis.

Com#80416  | score:1  +1 -1 | Par feemine [Android]

je ne suis pas daccord quand tu dis quon nait tous bisexuels ! cest le developpement des canaux de mulher (ou pas) qui prend en charge la feminite ou non et qui nous attire automatiquent vers le sexe oppose. dans le cas contraire il s'agit d'une degenerecence des canaux de wolf (ou mulher tout depend du sexe phenotipique)

Com#80417  | score:0  +1 -1 | Par flouflouf

Ah, tu veux dire que tu ne donnes pas de nom à ton orientation sexuelle ? tu veux pas te définir parmi l'un des trois, c'est ça ?
mais as-tu déjà été attirée par un garçon ? et par une fille ?

Com#80437  | score:0  +1 -1 | Par Gaetan Guay-Tanguay

Non, j'ai voulu dire que pour moi l'orientation sexuelle n'avait aucun sens, que c'était comme si on me demandait de choisir, par exemple, entre gâteau ou biscuits ou gâteaux et biscuits, alors que moi je choisis la saveur chocolat, peu importe que ce soit biscuit ou gâteau ou même mousse au chocolat...

Je ne suis pas attirée sexuellement. Je peux me dire "cette personne est belle/a quelque chose de spécial/me semble fascinante", mais je n'ai jamais envie de coucher avec qui que ce soit. Je suis asexuelle, ça a été clair pour moi seulement après avoir posté cette anecdote.

Com#80452  | score:0  +1 -1 | Par flouflouf

Oui je crois que j'avais compris ça comme ça, mais je suis pas sûre.
mais le chocolat a un peu un différent goût, selon si il est en mousse, sur ou dans un biscuit, etc... et parfois on veut un biscuit et du chocolat, en même temps. enfin bref.
et sinon, même si t'as jamais envie de coucher avec des personnes, tu peux quand même être attirée, fascinée, comme tu le dis... par exemple moi je suis attirée, fascinée, par les hommes, mais sans pour autant avoir envie de coucher avec eux (ça dépend), par contre j'ai jamais été attirée et fascinée de cette manière là par les femmes...
t'as jamais eu envie de coucher ou faire tout ce qui est sexuel, avec un garçon ou une fille ? même en étant éprise ou amoureuse ?

Com#80459  | score:1  +1 -1 | Par Gaetan Guay-Tanguay

Évidemment, je peux être "attirée" ou fascinée par des personnes sans que ce soit sexuel (ce que j'appellerais de "l'attirance énergétique", ou attirance physique non-sexuelle, ou encore de l'attirance esthétique). Je peux le ressentir sans discrimination, pour des hommes comme pour des femmes.

Non, je n'ai jamais eu envie de coucher avec quelqu'un. Mis à part une période où j'essayais de le ressentir, c'était dirigé envers presque tout le monde (hommes, femmes, jeunes, vieux). Notre cerveau peut nous jouer de sales tours parfois. Je ne serais jamais passé à l'action. J'intériorisais un désir parce que """tout le monde""" avait ce désir, sauf moi, et ça me faisait vraiment sentir à part. Mais, quand je me suis renseignée sur l'asexualité, j'ai redécouvert une autre vision des choses, une vision qui correspondait à ma vision des choses, j'ai compris que je n'étais pas la seule à ne pas sentir ce "besoin", et mon cerveau a cessé de me jouer des tours à me faire croire que j'étais attirée par n'importe qui (quand je dis n'importe qui... c'était vraiment n'importe qui lol), car j'ai compris que c'était parfaitement normal, et je n'ai plus eu "besoin" de cacher cette absence de désir pour me sentir en paix avec moi-même.

Soutien#80430  | score:0  +1 -1 | Par Hugues Baladin

moi j'ai 20 ans et je suis pareil

Com#80438  | score:0  +1 -1 | Par Gaetan Guay-Tanguay

^^ Il semble que beaucoup de personnes s'interrogent sur leur sexualité, même après l'adolescence. Je pense que c'est normal, on nous met tous "automatiquement" dans la boite de l'hétérosexualité. Certains se disent hétéro sans même se poser la question, d'autres veulent creuser plus loin, d'autres encore se disent hétéro "parce que c'est comme ça" et c'est seulement après l'adolescence qu'ils se questionnent. Ça a été mon cas, maintenant je m'identifie comme asexuelle (ça date de pas longtemps, je ne m'identifiais pas comme asexuelle quand j'ai posté l'anecdote) et ça a été comme une révélation pour moi, soudainement beaucoup de choses me semblaient plus claires.

Com#80470  | score:0  +1 -1 | Par Maalou [Android]

alors déjà non je n'ai pas lu ça dans un livre, donc ça stop je suis bisexuelle autant attirée par les hommes que les femmes et je me suis forgée mes opinions moi même donc stop

Soutien#80776  | score:0  +1 -1 | Par Laurent Mésentère

Je vis la même chose.Sauf que ça dure, chez moi, ( plus de 23 ans).
Je pense que l'on peut développer une attirance sensuelle/sexuelle au "cas par cas"( en résumé : "pansexualité"); cad être intéressé par l'autre, proche, affectivement, d'un etre, amoureux, bien au delà de toute sexualité, initialement, et que le désir de proximité et intime puisse s'exprimer ultérieurement par un désir sexuel( ou pas, c'est pas une obligation non plus ;) ), parceque c'est " cette personne", parceque l'on ressent pour elle. Et que cela ne se calculerait pas fonction de si c'est un homme, une femme, ni fonction d'avoir un /e "copain/copine, une relation sentimentale.
On parle pas mal d'orientation sexuelle comme si celle ci devait être déterminante de ce que l'on ressent, je pense que cela peut-être le contraire; que l'on peut n'avoir de visée sexuelle spécifique, que sans être asexuel pour autant, une intimité de ce degré ne nous semble envisageable qu'en des relations spécifiques, et ne se brade pas, ni se recherche compulsivement.Si on parle d'hétéro, homo, bi sexualité, comme quelque chose de si public, extériorisé, nous concernant tous, la sexualité relève aussi du domaine de l'intimité entre des personnes, et ca ne concerne qu'elles.Avoir à se dire hetero-bi-homo, c'est un peu comme se mettre sur un etal de marché, pour se signifier disponible, en recherche, vis à vis de "nimporte qui, pour éventuellement faire " n'importe quoi".
Bref, pour ma part, je pense que cette façon d'être me vient avant tout de problèmes d'identité de genre.Je me sens une personne ambigue dans mon identité de genre, alors c'en est d'autant plus compliqué pour une "orientation "

Com#80804  | score:0  +1 -1 | Par Gaetan Guay-Tanguay

Ce que tu décris n'est pas la pansexualité, mais la demi-sexualité (éprouver un désir sexuel très spécifique, que pour quelques personnes proches). D'ailleurs, j'ai pensé à m'identifier comme pansexuelle un moment, mais ça ne faisait pas de sens pour deux raisons. 1) Je n'ai pas de désir sexuel. 2) La pansexualité est un sous-produit de la théorie des genres, qui est à mon sens une aberration (désolée, j'y reviendrai).

Pour ton 2e paragraphe, je suis d'accord. Mais je crois qu'en réalité les humains ont 2 orientations, soit l'orientation sexuelle et l'orientation romantique. Vouloir du sexe et vouloir une relation romantique sont deux choses différentes. On peut être par exemple bisexuel hétéroromantique, homosexuel biromantique, etc., toutes les combinaisons sont possibles.

Pour l'identité de genre, je ne vois pas pourquoi tant de personnes s'en font avec ça. Les rôles sociaux ne devraient pas êtres déterminés par notre sexe biologique comme l'a fait la religion entre autres. Une maman peut travailler et un papa être père au foyer, ça ne change pas le fait que l'une soit une femme et l'autre un homme. Je suis une femme parce que j'ai un corps de femme, c'est tout, il n'y a pas de "vraies femmes" (et encore moins de "fausses femmes") en fonction des rôles sociaux. Tout le reste, comme la théorie des genres, ne fait que semer la confusion.

Com#80813  | score:0  +1 -1 | Par Laurent Mésentère












A mon sens, dans la plupart des théories sur la sexualité,( orientation, identité de)il y a un glissement qui finit par devenir "aberrant" , quand la conceptualité entraine des questions privées/sentimentales sur un terrain idéologique( si un débat commence sur ces sujets, tu m'autorise à appeler alain soral pour argumenter à ma place ?); ce pourquoi pour ma part, je n'adhère complètement à aucune.

D'une autre façon, pour avoir ( pas beaucoup)fréquenté des forums d'axexualité, j'ai lu pas mal de personnes décrire qu'elles ressentaient des pulsions, désirs, voire fantasmes sexuels, mais pas assez pour envisager de le concrétiser dans une relation sexuelle avec l'autre, (certain/es autres vivaient parfois du désir, mais étaient "abstinent/es). Ces personnes sont elles purement "asexuelles", si il y a en elles le moindre résidus de désir sexuel ( bon après on pour parler d'asexué/e, mais bon.. )?Vu comme ça, et par d'autres gens qui trouvent inconcevable de n'avoir pas de vie/ désir sexuel( j'en connais qui ne croient pas ça possible, pensent qu'il y a "quelque chose" au delà, qui explique, "qqchose " derrière", tout simplement, quelque argument l'on puisse leur apposer), ce serait aussi assez confus, ..( c'est pour nourrir la polémique là :D)










Soutien#80799  | score:0  +1 -1 | Par Rolande Buste

Personnellement je suis tout à fait d'accord, j'ai jamais compris ce délire "d'orientation sexuelle" : pour moi, on ne va pas aimer un pénis ou un vagin, mais une personnalité, un être humain. Quand tu aimes une personne, le sexe de cette dernière t'importe peu. Pourquoi vouloir ranger tout le monde dans des cases ? Ça ne sert à rien. Après, tu peux peut-être imaginer faire ta vie plus avec une femme qu'un homme, ou l'inverse, mais ça ne veut pas dire que tu es destiné à n'aimer que les personnes de ce sexe.

Com#80805  | score:0  +1 -1 | Par Gaetan Guay-Tanguay

Ça fait du bien de voir ce commentaire !

J'ai un ami homosexuel qui m'a déjà dit que pour lui "c'est impossible d'aimer une femme". Malgré toutes mes tentatives, je n'ai jamais compris. Pour lui, "c'est tellement évident qu'il ne pourrait pas me l'expliquer". J'ai souvent l'impression que de tels dégouts ou de telles attirances si renforcées sont plus le fruit de l'expérience que des prédispositions innées. D'ailleurs, je crois que tout ça peut changer. Ce sont des goûts, et nos goûts changent. Mais peu de personnes semblent prêtes à le comprendre et à se l'avouer. Et peut-être qu'elles se ferment de nombreuses portes, s'empêchent de vivre certaines expériences, sous prétexte qu'elles sont ceci ou cela. Si je ne cesse de me dire "je ne peux pas aimer la cuisine italienne, je ne peux pas aimer la cuisine italienne, je ne peux pas aimer la cuisine italienne", eh bien je n'oserai même pas y goûter ou alors j'y goûterai tout en me conditionnant à ne pas l'aimer. Alors que si je reste ouverte à l'idée, ça pourrait bien être le repas le plus délicieux de ma vie.

Com#80814  | score:0  +1 -1 | Par Laurent Mésentère


Pour la théorie / id de genre, quand tu dis que les roles sociaux ne devraient etre déterminés par le sexe( c'est quand même majoritairement le cas encore), je pense que c'est pourtant ce que la théorie de genre énonce ? ainsi qu'une distinction entre role/ sexe ( j'ai jamais lu la théorie de genre parler de faux hommes, et femmes ? bon après on peut considérer que les gens se faisant opérer pour changer d'identité sociale, eux, ont une approche autre, mais ca n'existe pas dans tous les pays..; je n'adhère pas plus aux theories transindentité essentialistes qu'au théories naturalistes sur le sexe , et l'identité / les roles) ?j'ai du mal à cerner ou se situe ton désaccord, trouvant que tu dis quelque chose de proche..là ou je crois te rejoindre, sur ce que je comprends de ton propos, c'est que il y a une base biologique qui n'a avoir avec le role, et que celle ci, reste xx, xy maintenant, femelle/male ( nom scientifique, je dirais plutot cad) là ou je te rejoins pas forcement, c'est de dire, un homme reste homme, une femme une femme; car des quon parle d'homme, /femme, on entre dans le langage, le social, les roles, deja, (que ce soit du point de vue de la theorie de genre, ou du point de vue des "naturalistes", qui pensent que sexe = psychologie associee, dans les deux cas, on constate combien il est difficile pour certaines personnes de concevoir la biologie d'un individu comme distinct d un role) cad quelque chose de construit, qui na plus avoir qu'avec le corps.bref je pense que ces theories , comme d'autres peuvent ete intressantes pour penser tous ces blablas dorientations, identité, mais quy adhérer est de lideologie


Com#80816  | score:0  +1 -1 | Par Laurent Mésentère

JE N'arrive pas à poster mes messages, dsl pour les posts qui se suivent.Ce que je voulais dire, entre autre, cest qu'on en serait meme pas a parler de "role social" si y avait pas eu des théories du type " de genre"(qui est pas sociologique pour rien).après ce ne sont pas des vérités, des dogmes, mais des outils pour se penser, se questionner, à affiner.Pour ma part je ne me considère ni pansexuel, ni demi sexuel, ce que je décrivais ( partiellement, et qui n'est pas "fixe") je ne le catégorise pas de la sorte; j'ai juste cité pansexuel (ignorant que c'était dérivé de la théorie de genre, en plus), pour illustrer( apparemment, je devrais faire des mises a jours de tous ces concepts sur l'orientation, l'identité sexuelle ), car y ressemblant par certains cotés.
Je connais une personne qui y correspond plus, qui est "sexuelle", et peut ressentir de l'attirance pour une personne, l'anatomie venant presque faire figure de secondaire, et pourtant la proximité emotionnelle n'est pas toujours tres complexe pour elle. elle est plutot tactile, et peut ressentir de l'amour sans forcement qu'il s'agisse d'un long lien emotionnel tres developpé..

Com#80817  | score:0  +1 -1 | Par Laurent Mésentère

"
car des quon parle d'homme, /femme, on entre dans le langage, le social, les roles, deja, (que ce soit du point de vue de la theorie de genre, ou du point de vue des "naturalistes", qui pensent que sexe = psychologie associee, dans les deux cas, on constate combien il est difficile pour certaines personnes de concevoir la biologie d'un individu comme distinct d un role) cad quelque chose de construit,
**
edit ; je maintiens ce que je dis, mais je reformule, " en partie" construit, bien sur, homme/ femme n'est pas QUE une construction sociale.Mais il y a pas mal de conditionnement d'éducation, culture en jeu, d'ailleurs existerait-il un féminisme si le mot femme désignait la seule différence biologique ; genre mouvement dedié aux organes sexuels de la femme, lol, dans l'autre sens on aurait un mouvement sur les genitoires des hommes. non, ca se réfère, dans ce cas, et c'est un exemple, a tous les statuts , droits, de la femme en société, et pas qu'a son corps.ca retranscrit pas qu'un fait, qu'une réalité incontestable, biologiquement, ca porte bien trop de représentations divergeantes, que certains considèrent comme allant de soi, et vérité absolue, sur ce qu'est " un homme", une femme"..( peut-etre que la théorie de genre a été/est utile pour déconstruire tout ceci, et qu'après on aura plus besoin tant ca nous semblera evident que le sexe détermine pas les roles sociaux comme tu dis)
Je me cite, toutefois, et édite parceque dans la théorie du genre, précisement, les gens restent home/ femme, et il est question de "féminité, et" masculinité" ," construite". erreur de langage de ma part, dsl

Com#80818  | score:0  +1 -1 | Par Gaetan Guay-Tanguay

La théorie des genres dit qu'on peut "choisir son genre", qu'un homme peut avoir le genre féminin, une femme le genre masculin. Ou qu'on peut ne s'identifier à aucun genre, ou aux deux. C'est n'importe quoi. Quand j'étais petite, j'avais un chat qui s'occupait de moi, me protégeait, grognait quand un étranger s'approchait de moi...comme un chien de garde. Ce n'est pas pour autant qu'on l'identifiait au "genre canin", un chat est un chat. Un homme est un homme. Une femme est une femme. Dans certaines sociétés, les hommes se maquillent, par exemple. Construction sociale. Ça ne change pas le fait qu'être une femme ou un homme, ça n'a rien à voir avec des rôles sociaux. C'est comme si on disait que biologiquement, les noirs sont prédestinés à être esclave.

Mais bon, je l'avoue, je n'ai plus envie de perdre mon temps à expliquer tout ça à des personnes qui ne veulent pas comprendre. La théorie du genre et la prédétermination des rôles sociaux en fonction du sexe, c'est deux faces d'une même médaille. C'est juste que pour la théorie des genres, ça se rapporte à un genre féminin et masculin fictifs. Moi, je continuerai d'appeler un chat un chat, un homme un homme et une femme une femme, je rejetterai les "pronoms neutres" et le fait d'appeler une femme "il" ou un homme "elle" pour une question de "genre". La "féminité" et la "masculinité" sont des concepts fictifs.

Com#80822  | score:0  +1 -1 | Par Laurent Mésentère

Un chat, un homme, une femme , [..] sont des mots pour moi.Parler de chat, de chien de garde, je pense pas que ca renseigne autrement que fictivement dans le langage, sur la réalité du dit chat en question, et je crois pas que ça change sa vie, sa réalité, au chat.Sur une autre planète, des gens au langage et concepts autres pourraient lui trouver un autre nom, moi je suis pour garder homme/femme/chat, mais dans une autre dimension, dans un autre temps, avec un système de conception qui ne passerait pas par des mots , ou éventuellement, un homme, une femme serait un chat, ou autre chose.Je crois meme qu'existe un concept pour nommer ca, qui est la différence ente ce qui est signifie, ou signifiant ( je sais plus).Même tu dis un noir, mais bon... je comprends jamais trop les personnes qui s'identifient sur la couleur de peau, deja on simplifie a outrance en disant une couleur éloignée du pigment réel, et objectif, après on y met des concepts, des appartenances, et on calque ça par dessus la réalité biologique.
Mais c'est personnel , ca a du sens comme point de vue dans un echange ou on cherche a comprendre le regard de l'autre et pas à imposer ses idées.



Personnellement, le genre, ou la théorie de genre ne fait pas partie de mon identité, je men fous, je l'ai a peine citée dans mon premier message.. sans plus, et oui, j'ai dit vivre une ambiguité, mais c'est pas central non plus chez moi, ou jen fais pas un drame( par contre pour une personne chez qui ce serait central, je pense que ta facon de relativiser cela aurait semble irrespectueuse, voire négatrice du vécu de l'autre, et puis je te trouve bien affirmative, et convaincue de détenir une vérité a "expliquer") .jai argumenté pour me distraire :p, (mon point de vue c'est que la théorie du genre est intéressante pour questionner les relations biologie/role social)

Ce pourquoi, je trouve pas convaincant l'asexualité d'ailleurs, car je ressens pas le besoin d'une communauté sur le fait que j'ai des besoins, /attirances /desirs sexuel ou non (je trouve ça regarde personne, lol).Bon y a le sens d'une éventuelle acceptation par des gens "sexuels", je conçois)...puis par saturation de tous ces groupes /communautés qui me semblent se différencier par excès inverse à la "normativité" ambiante .Je pense que des gens asexuels, semi sexuels y en a plus quon le croit, et que "cela peut changer" (comme pour les notions d'orientation ) j'ai l'impression que la societé hypersexualisé poussent des personnes qui ne sy retrouvent pas à se réunir sous ces bannières, et éventuellement, à en créer des systèmes d'idées qui me semblent fictifs, précisément, de sorte plus superflue encore.Et peut-etre éventuellement encore s'identifier a un club d'asexuel( qui ont de l'attirance parfois, des relations sexuelles parfois.. tu parlais de n'importe quoi ?), et se convaincre quon aura jamais d'attirance, desir, car maintenant c'est son identité ( c'est peut-être pas ton cas, mais je pense ça existe).A mon sens si la théorie du genre c'est n'importe quoi, ces mouvances sont dans sa droite lignée, et perpétuent ce grand wtf conceptuel( et si y a des gens "neutres" je crois qu'on peut les y retrouver; j'avais lu un doc d'une femme qui s'était faire une ablation des organes reproducteurS, pas même pour "changer de genre", mais être " neutre" parfaitement asexué, et aussi asexuel, voulant virer toute trace de sexualité en elle..) ceci étant dit, j'ai même pas de rejet envers les groupes d'asexuels, si j'en croise j'accepterai leur façon d'etre, tout en me questionnant.

je te fais pas perdre plus de temps.

Com#80823  | score:0  +1 -1 | Par Laurent Mésentère

Un chat, un homme, une femme , [..] sont des mots pour moi.Parler de chat, de chien de garde, je pense pas que ca renseigne autrement que fictivement dans le langage, sur la réalité du dit chat en question, et je crois pas que ça change sa vie, sa réalité, au chat.Sur une autre planète, des gens au langage et concepts autres pourraient lui trouver un autre nom, moi je suis pour garder homme/femme/chat, mais dans une autre dimension, dans un autre temps, avec un système de conception qui ne passerait pas par des mots , ou éventuellement, un homme, une femme serait un chat, ou autre chose.Je crois meme qu'existe un concept pour nommer ca, qui est la différence ente ce qui est signifie, ou signifiant ( je sais plus).Même tu dis un noir, mais bon... je comprends jamais trop les personnes qui s'identifient sur la couleur de peau, deja on simplifie a outrance en disant une couleur éloignée du pigment réel, et objectif, après on y met des concepts, des appartenances, et on calque ça par dessus la réalité biologique.
Mais c'est personnel , ca a du sens comme point de vue dans un echange ou on cherche a comprendre le regard de l'autre et pas à imposer ses idées.



Personnellement, le genre, ou la théorie de genre ne fait pas partie de mon identité, je men fous, je l'ai a peine citée dans mon premier message.. sans plus, et oui, j'ai dit vivre une ambiguité, mais c'est pas central non plus chez moi, ou jen fais pas un drame( par contre pour une personne chez qui ce serait central, je pense que ta facon de relativiser cela aurait semble irrespectueuse, voire négatrice du vécu de l'autre, et puis je te trouve bien affirmative, et convaincue de détenir une vérité a "expliquer") .jai argumenté pour me distraire :p, (mon point de vue c'est que la théorie du genre est intéressante pour questionner les relations biologie/role social)

Ce pourquoi, je trouve pas convaincant l'asexualité d'ailleurs, car je ressens pas le besoin d'une communauté sur le fait que j'ai des besoins, /attirances /desirs sexuel ou non (je trouve ça regarde personne, lol).Bon y a le sens d'une éventuelle acceptation par des gens "sexuels", je conçois)...puis par saturation de tous ces groupes /communautés qui me semblent se différencier par excès inverse à la "normativité" ambiante .Je pense que des gens asexuels, semi sexuels y en a plus quon le croit, et que "cela peut changer" (comme pour les notions d'orientation ) j'ai l'impression que la societé hypersexualisé poussent des personnes qui ne sy retrouvent pas à se réunir sous ces bannières, et éventuellement, à en créer des systèmes d'idées qui me semblent fictifs, précisément, de sorte plus superflue encore.Et peut-etre éventuellement encore s'identifier a un club d'asexuel( qui ont de l'attirance parfois, des relations sexuelles parfois.. tu parlais de n'importe quoi ?), et se convaincre quon aura jamais d'attirance, desir, car maintenant c'est son identité ( c'est peut-être pas ton cas, mais je pense ça existe).A mon sens si la théorie du genre c'est n'importe quoi, ces mouvances sont dans sa droite lignée, et perpétuent ce grand wtf conceptuel( et si y a des gens "neutres" je crois qu'on peut les y retrouver; j'avais lu un doc d'une femme qui s'était faire une ablation des organes reproducteurS, pas même pour "changer de genre", mais être " neutre" parfaitement asexué, et aussi asexuel, voulant virer toute trace de sexualité en elle..) ceci étant dit, j'ai même pas de rejet envers les groupes d'asexuels, si j'en croise j'accepterai leur façon d'etre, tout en me questionnant.

je te fais pas perdre plus de temps.

Com#80824  | score:0  +1 -1 | Par Laurent Mésentère


je rejetterai les "pronoms neutres" et le fait d'appeler une femme "il" ou un homme "elle" pour une question de "genre". La "féminité" et la "masculinité" sont des concepts fictifs.
*
pronom il, et elle, qui ne se retrouvent pas pareillement dans toutes les langues, je crois. En chinois ( moderne, je crois) le genre se distinguerait , mais la forme des pronoms ou nous les différencions en français ne se modifierait pas par exemple ( là c'est un lien d'un cours qui est plus tranché sur la question, mais p-etre pas exempt d'erreur h t t p://sinoblog.over-blog.com/ )


Com#81029  | score:0  +1 -1 | Par Sashy Tohry

Tu dois bien être quelque chose, juste que tu ne sais pas encore et que tu te poses plusieurs questions. Tu trouvera ton orientation en tombant sur une personne qui te fera effet que ce soit fille ou garçon (animal ?..).

Soutien#81934  | score:-1  +1 -1 | Par Claudine Satellite

"L'orientation sexuelle" telle qu'on l'imagine n'a rien de biologique. C'est un concept de psychologie. Aucun être humain ne rentre dans ces cases biologiquement parlant, c'est simplement des cases descriptive pour mettre en évidence le "comportement érotique" (qui lui est un concept biologique)...

Com#83201  | score:-1  +1 -1 | Par Isaac Sapin

La seule solution est de te suicider en emmenant avec toi un maximum de tes semblables.

Soutien#83527  | score:0  +1 -1 | Par Anatole Matin

J'en ai 21 ans et c'est pareil pour moi.



Anecdote précédente   Toutes les anecdotes   Anecdote suivante

Chercher sur le site (les anecdotes, les commentaires, les gens...)

Exemples de requête : 'dans le métro', 'vernis', 'Ernestine Radioconducteur', 'moi aussi !'


Ajouter un tag

TagVotesTagger
Sérieuse2
Pathétique
Bizarre
Mal écrite
Intéressante
Glucose
Stupide
Pas claire
Mignonne
Invraisemblable
Quelconque
Bâclée
Trash
Immature
Vulgaire
Spam !!
Drôle
Poétique
Psychopathe