Pseudo :   Mot de passe : 

Bienvenue chez Abel Minerve

Abel Minerve a soumis 4 anecdotes, 31 commentaires et a voté 9 fois (normalité).

En moyenne, Abel Minerve trouve les anecdotes 72% normales et note les anecdotes 28% intéressantes (bof).

Le karma de Abel Minerve est actuellement de 18 points.

Graphe de normalité

Envoyer un message privé à Abel Minerve

Message de à


Dernières anecdotes par Abel Minerve

PubliéeAnecdoteNormalitéVotes
il y a longtempsJe suis blanc, blond aux yeux bleus et aux cheveux longs, je suis athée et j’écoute du metal, et ma copine est une black musulmane stylée caillera qui écoute du rap et de reggae. On a rien à voir l’un avec l’autre, mais on s’aime trop, malgré les différences on arrive pas à se lâcher. Est-ce normal ?75%65
il y a longtempsJe viens de lire le Coran en entier. J'ai vraiment bien cherché les noyades, strangulations, décapitations, viols, immolations par le feu, je n'y ai rien vu qui puisse justifier les atrocités de Daesh. Du coup, je sais pas pourquoi ils s'appellent "l'état islamique". Suis-je normal ?0%0
il y a longtempsIl est minuit passé et je transpire encore de chaleur. Est-ce normal ?0%0
il y a longtempsJe comprend pas tous ces mecs qui se sentent plus pisser dès qu'ils voient une paire de loches, moi les filles à grosses mamelles ça me fait ni chaud ni froid. Pire, je trouve ça même vulgaire voire encombrant. Suis-je normal ?63%158

Dernières commentaires par Abel Minerve

PubliéAnecdoteCommentaire
il y a longtempsJ'ai toujours trouvé la pédophilie dégueulasse et inexplicable. Je viens de retrouver un ami d'enfance, sa fille à 12 ans et est à la fois très jolie et super bien formée pour son âge. Bonnet B minimum, fesses magnifiques, regard espiègle... Ca craint, mais elle m'a franchement donné envie de sexe. Est-ce normal ?Être attiré sexuellement par une jeune fille de 12 ans qui fait déjà du bonnet B en tour de poitrine n'a rien à voir avec de la pédophilie, puisque ce qui t'attires chez elle n'est pas son âge, mais bien son physique avantageux. Le pédophile est celui qui est attiré par les enfants, surtout quand ils ont justement un corps d'enfant. Toi, tu es attiré par le corps d'une jeune femme qui n'a malheureusement pas encore la chance d'être majeure sexuellement du point de vue de la loi, c'est tout. Mais qualifier cette attirance de pédophile est absurde. Ca me fait un peu penser à une réflexion d'un collègue (en moins grave) genre : "Ah ouais t'aimes bien les blacks toi?" parce que je bavais sur la nouvelle secrétaire d'origine somalienne à l'accueil... Ben non, j'aime pas "les" blacks, j'aime les jolies femmes avec des belles formes c'est tout, peu importe leur couleur... si t'es fixé sur les blanches au point de même pas voir qu'elle est super bonne lol... enfin voilà ^^ Faut éviter de sortir les grands mots à chaque fois que quelqu'un manifeste un intérêt d'ordre sexuel envers quelqu'un qui n'a pas la "chance" de correspondre aux standards de la société. tape toi une black, un homme, une gamine de 12 ans qui en fait 20 si tu veux, du moment qu'elle te plait et que c'est réciproque, je vois pas ce que l'avis d'autrui vient faire là-dedans.
il y a longtempsJ'ai beau trouver l'inceste dégueulasse en principe, j'ai une soeur bien trop belle et beaucoup trop bien foutue pour être regardée uniquement comme une soeur. J'ai beau être son frère, des fois c'est plus fort que moi, je peux pas m'empêcher de m'imaginer à quel point ça doit être bon de la niquer. Suis-je normal ?Ta couché avec qui?
il y a longtempsJ'ai beau trouver l'inceste dégueulasse en principe, j'ai une soeur bien trop belle et beaucoup trop bien foutue pour être regardée uniquement comme une soeur. J'ai beau être son frère, des fois c'est plus fort que moi, je peux pas m'empêcher de m'imaginer à quel point ça doit être bon de la niquer. Suis-je normal ?Reconnaître qu’un corps est sublime, mais sans jamais ressentir la moindre tentation d’en profiter soi-même, moi je trouve ça très bizarre oui. En tout cas, je trouve ça pas du tout logique. Personnellement, même quand je sais que j’ai pas le droit parce que les règles sociales me l’interdisent, ça m’empêche pas d’en ressentir le désir au fond de moi quand même. J’y toucherais jamais, parce que j’ai quand même un minimum de respect pour les gens qui m’entourent et qui eux tiennent à ces valeurs morales (même si je les trouve stupides), mais mon imaginaire va quand même carburer à fond la caisse et tant que ça reste dans ma tête, crois moi que je vais pas me priver. lol Peut-être que je me trompe, mais je pense vraiment que c’est une forme d’auto-censure inconscience, une sorte de barrière que les gens se fixent dans la tête pour réprimer automatiquement leur instinct sexuel naturel. (= c’est ma soeur = je peux pas y toucher = donc ça sert à rien de la désirer = donc je la désirerais pas = donc j’assexue inconsciemment ce corps qui pourtant aurait un potentiel sexuel indéniable = et je veux bien le reconnaître qu’elle est belle et sexy = mais non c’est pas pour moi = donc tant pis = désir annulé. lol) Ca s’explique sans doute parfaitement psychologiquement parlant, mais je trouve ça quand même relativement stupide. ^^ Tant que c’est bien clair dans ta tête que le désir que tu as pour ta soeur ne t’empêcheras pas de l’aimer, de la respecter et de la considérer comme une soeur, alors tu peux tout à fait te permettre de la désirer aussi fort que tu veux, et lâcher un peu ta libido la concernant… Après, je peux comprendre aussi la réaction inverse. Quand je désire très fort une fille et que c’est pas réciproque, il m’arrive de préférer l’oublier et ne même plus la regarder sous cet angle, pour ne pas moi-même me faire du mal. Ca m’est arrivé avec une collègue de boulot, pas plus tard que l’an dernier. Elle était magnifique, j’essayais de l’approcher un peu au début, mais quand j’ai appris qu’elle allait se marier, j’ai préféré m’en remettre à des bonjour-au revoir et ne même plus m’attarder sur son joli minois et ses belles courbes, pour ne pas causer des problèmes. Donc si on part du principe qu’il est impossible de partager quelque chose de sexuel avec une soeur ou un frère, je comprend tout à fait que cette auto-censure se fasse quasi inconsciemment. Moi, je pars du principe qu’au contraire c’est parfaitement possible, donc forcément j’ai une autre approche de la question. ^^ Après, prouves moi par A B que ma soeur voudra jamais coucher avec moi, et forcément je passerais à autre chose. Mais à première vue, cette relation me dérange pas du tout, et m’imaginer au lit avec elle en train de profiter des belles rondeurs imaginaires de son corps me pose vraiment aucun problème. Après, la fraternité est forcément différente de la sexualité, puisque l'un est un sentiment et l'autre une pratique, il n'y a donc rien d'anormal à ce que tu ressentes ça. Là ou ça mérite approfondissement, par contre, c’est quand tu sembles dire que ce sentiment et cette pratique te paraissent incompatibles.Tu apprécie sans doute ta relation fraternelle telle qu’elle est comme ça, mais la clé du problème est peut-être que tu n’as tout simplement jamais expérimenté autre chose avec eux. Crois-moi, quand je me marrais avec ma pote avec nos délires de gamins il y a une dizaine d’années, et qu’elle avait encore un physique un peu ingrat d’adolescente, on m’aurait proposé de coucher avec elle que j’aurais rigolé tellement ça me paraissait absurde. C’était pareil, j’avais une relation « un peu spéciale » avec elle, je pouvais pas imaginer autre chose. Pourtant, c’est arrivé. Petit à petit elle est devenue belle, et j’ai appris à la désirer, au début sans trop me l’avouer. C’était encore un peu timide en moi, mais je le ressentais bel et bien, c’est juste que je ne l’exprimais jamais, car ça ne me paraissait pas vraiment utile. Honnêtement, j’aurais pu continuer toute ma vie comme ça sans jamais le lui dire, on aurait jamais couché ensemble, et j’aurais sans doute fini par mettre cette petite tendance de coté et au fur et à mesure l’oublier. Il a fallu qu’elle prenne les devants et qu’elle jette un pavé dans la marre pour que je me décoince, et qu’on finisse par le faire. Bilan ? Ben mazette, explosion de sensations franchement inattendues. Crois mois, faire l’amour avec quelqu’un qu’on apprécie pas que physiquement, mais avec qui on partage aussi plein de choses depuis longtemps, c’est vraiment agréable, même si pour les raisons en question on s’imagine pas une seule seconde en couple avec. Définitivement, le plaisir sexuel, c’est pas réservé qu’aux relations de couple, et je l’ai compris ce jour-là. On a baisé comme des porcs, et pourtant dès le lendemain, on continuait nos conneries de bons potes comme toujours. Donc vraiment, ça n’a pas changé un iota de notre amitié. On a simplement arrêté de se réduire à ça, et on a appris à s’apprécier aussi comme des partenaires sexuels. Pourquoi l’un viendrai chambouler l’autre ? Reconnaît que ça ne tient pas, c’est absurde. Car l’être humain est en fait un être multiple, il peut être à la fois un être amical, un être familial, un être artistique, un être social, un être sexuel ou un être reproducteur. Et ce qu’il faut comprendre, c’est que tous ces aspects de la personne sont totalement indépendants l’un de l’autre. Apprécier un être amical ou familial comme tel, pour l’ami, l’amie, le frère ou la soeur qu’il est, n’empêche pas d’apprécier aussi son talent artistique, si jamais il/elle est doué en peinture, musique ou que sais-je. Ou inversement, tu peux aimer ton amie ou ta soeur pour ce qu’elle est en tant que telle, sans forcément apprécier ce qu’elle fait artistiquement. (c’est mon cas, ma pote est chanteuse et je trouve ce qu’elle fait franchement nul, même si l’adore xD). Si aimer l’être fraternel ou amical n’empêche pas d’apprécier aussi l’être artistique, pourquoi empêcherait-il d’apprécier l’être sexuel ? Imagine qu’on vive dans une société ou il est interdit, ou en tout cas très mal vu, d’écouter de la musique faite par un membre de sa famille. Que c’était comme ça depuis des lustres, ancré dans les moeurs depuis toujours. Et bien on tiendrait sûrement le même genre de discours, je préfère pas m’intéresser au talent musical de mes frères et soeurs car j’ai une relation spéciale avec eux, que je ne veux pas changer, et puis écouter la musique d’un frère c’est forcément différent d’écouter la musique d’un pote, etc etc. Et puis un jour, la soeur met une oreille sur la musique de son frère et trouve ça franchement bien. Lol. Oulala, j’ai fait quelque chose de pas bien, mais qu’est-ce que c’est bon en fait. C’est dommage de nous interdire ça quand même, on a des frères et soeurs qui sont des artistes hors pair et on en sait rien. C’est stupide. J’espère que ça va pas chambouler notre relation, quand même. Ah, ça change rien ? T’es toujours mon frère ? Ok, bah dis donc, je m’attendais pas à tout ça. Lol C’est pareil avec le sexe dans notre société. Il est communément considéré comme malvenu de le partager avec un membre de sa famille, mais ça ne veut en aucun cas dire que ça serait forcément une mauvaise expérience. Est-ce que tu fais confiance à tes frère et soeur ? je veux dire, est-ce que tu leur accorde une totale confiance pour continuer à t'aimer comme ils t'aiment et à prendre soin de toi comme ils le font depuis toujours, peu importe ce qu'il se passera dans vos vies ? Si la réponse est oui, alors tu devrais avoir une totale confiance en leur capacité à continuer à te considérer comme une soeur et te traiter comme telle, même si un jour vous faîtes une expérience qui vous amène à vous considérer brièvement sous un autre angle complètement inédit, celui du partage de sensations 100% physiques et intimes. Surtout que faire plaisir à quelqu’un qu’on aime, c’est pas forcément qu’un partage donnant-donnant, ça peut être aussi une simple preuve d’amour, réalisée à sens unique dans le seul but de faire plaisir. Et quand je parle de faire plaisir, je parle de manière complètement désintéressée, c’est à dire peu importe la nature du plaisir qui est requise par la personne qu’on aime. Imagine qu'un jour, tu te retrouves échouée sur une île déserte avec ton frère, après le naufrage d'un bateau. Vous êtes les seuls survivants, tout le monde vous croit morts, les recherches ont visiblement été abandonnées et vous allez devoir survivre dans cet endroit en attendant qu'un avion ou un GPS quelconque veuille vient vous repérer un jour. Imagine que ça dure comme ça des mois, voire des années, et que vous allez devoir vous débrouiller entre vous, toi et ton frère, pour assurer les divers besoins de la vie, que ce soit se nourrir, dormir ou autre chose. Comme à son habitude, ton frère est toujours là pour toi, plus que jamais d'ailleurs, et te vient en aide dans toutes les difficultés de cette vie de sauvage. Imagine qu'un jour, au bout de je ne sais combien de temps d'abstinence, il vient te voir et te dit ouvertement qu'un de ses besoins naturels et humains n'est pas satisfait, qu'il commence à ressentir un lourd besoin et un important mal-être par rapport à ça, et qu'il aimerait savoir si tu peux lui venir en aide. Imagine qu'il te dit franco, les yeux dans les yeux et avec toute la sincérité du monde, que ça lui ferait un bien fou de pouvoir ressentir à nouveau les douceurs et la chaleur de la bouche d'une femme sur son sexe… Il te dit qu'il est désolé, qu'il a honte de te demander ça à toi, mais que tu es la seule femme à ses cotés et que le besoin est devenu trop fort pour qu'il continue à se priver de te le demander. Il t'aimera toujours comme une soeur, car il est hors de question pour lui de te considérer autrement, mais il aimerait beaucoup que tu puisses lui apporter aussi un peu de soulagement, car cet aspect-là de sa vie d’homme lui manque cruellement. Honnêtement, tu ferais quoi ? Tu continuerais à reléguer son besoin sexuel au rang de fantaisie qu'il est hautement malvenu de partager entre membres de la même famille, ou tu accepterais l'idée que les difficultés éprouvantes de votre vie puissent vous amener à vous entraider AUSSI dans ce domaine plus sensible et intime ? Après tout ce qu'il aurait fait pour toi, avec tout son amour de frère, tu lui refuserais cette simple petite gâterie, et tu choisirais de continuer à le voir souffrir de son manque de contacts physiques avec la gente féminine ? Entre nous ? Comme je l'ai dit, dans une relation quelconque, et ce qu'elle soit fraternelle ou autre, l'erreur est de se réduire à sa condition de membre de cette relation. Tu n'es pas qu'une soeur, tu es aussi une femme, avec une sexualité potentielle qui existe, et un corps de femme qui pourrait lui apporter ce dont il a besoin. Tu as beau apprécier ta relation fraternelle telle qu'elle existe, et préférer qu'elle ne change pas, tu ne peux tout simplement pas le nier. Alors dans une situation de survie, et face à la souffrance de ton frère, que choisirais-tu de préserver ? La virginité sexuelle parfaite de vos échanges au nom d'une continuité nécessaire de la relation telle qu'elle a toujours existé, ou votre bien-être le plus complet possible en tant qu'homme et femme, c'est à dire en tant qu'être dotés AUSSI d'une sexualité, qu'il est nécessaire de combler ? Là-dessus repose selon moi toute la définition qu'on donne à l'Amour. Est-ce qu’il est question d’amour ressenti pour la personne, ou d’amour envers ce qu'elle elle nous apporte à nous-même ? Car si on refuse catégoriquement de venir en aide à quelqu'un qu'on est sensé aimer et ce pour des raisons personnelles, alors ça veut dire que ce n'est pas la personne que l'on aime, mais ce qu'elle représente pour nous. (= un frère). C'est son statut, sa position, son image. Pas la personne en elle-même, dans toute son intégralité et dans toute sa complexité humaine. Car oui, que tu le veuilles ou non, ton frère n'est pas seulement un frère, il est aussi un homme, avec les besoins naturels d'un homme, et le besoin sexuel en fait partie. Ca peut paraître complètement paradoxal, mais pour moi, dans ces conditions-là, celle qui mérite réellement d’être aimée comme une soeur, et avec un grand S, c’est celle qui désobéit aux règles morales et qui accepte de tailler une bonne grosse turlutte à son frangin. Ca peut paraître complètement déplacé, incongru voire immoral, mais pour moi t’as compris la vie quand t’as compris qu’un être humain n’est pas qu’un être social, familial, fraternel ou amical, mais aussi un mince alors d’être hormonal qui a besoin de sa dose de bien-être corporel comme les autres et ce peu importe ce que t’as partagé avec lui pendant des années avant. C’est CA, pour moi, aimer quelqu’un, c’est lui reconnaître cette multiplicité des êtres et être prêt(e) à l’accompagner dans toutes les difficultés en cas de coup dur. Donc non, vraiment, quel que ce soit le point de vue et les conditions citées, aucune incompatibilité entre fraternité et sexualité, et ce même si ce sont deux choses différentes, on est d’accord.
il y a longtempsJ'ai beau trouver l'inceste dégueulasse en principe, j'ai une soeur bien trop belle et beaucoup trop bien foutue pour être regardée uniquement comme une soeur. J'ai beau être son frère, des fois c'est plus fort que moi, je peux pas m'empêcher de m'imaginer à quel point ça doit être bon de la niquer. Suis-je normal ?Bah, c’est même pas que c’est malsain, c’est surtout dangereux en fait, pour les raisons biologiques qu’on connait. Et même s’il n’y a pas de malformations génétiques chez les enfants (ce qui peut arriver aussi), il y a encore toute la partie relationnelle à assumer. Accepter le fait que ta soeur est aussi ta femme, c’est accepter le fait que ton fils sera aussi ton neveu, que ton frère sera aussi ton beau-frère, que ta mère sera aussi ta belle-mère. Et accepter ça, c’est pas seulement l’accepter pour soi-même, c’est aussi l’accepter pour tout le reste de ta famille. Va expliquer à ta mère que tu vas te marier avec ta soeur, et que du coup elle va pas avoir besoin de changer de nom de famille… lol, en soi pourquoi pas, c’est vrai, mais ça implique quand même tout un tas de bouleversements psychologiques et sociaux pour beaucoup plus de monde, qui vont être beaucoup plus difficiles à gérer et assumer qu’une simple petite partie de jambes en l’air à la cool entre frère et soeur dans l’intimité d’une chambre loin du regard des autres. Mais en soi, ça reste une construction sociale aussi, c’est sûr. Un peu plus légitime, celle-là quand même. Moi, je préfère ne parler que de plaisir sexuel. L’avantage d’une relation incestueuse limitée au partage de plaisirs physique, c’est qu’au moins, on peut la garder pour soi. Ce qui se passe sous la couette reste sous la couette, afin de ne pas influer négativement sur ce qui se passe en dehors de la couette, et afin que ce qui se passe en dehors de la couette n’influe pas négativement non plus sur la torridité de la couette. La société, on peut lui désobéir, l’essentiel, c’est qu’elle ne l’apprenne pas. Mais à mon avis, les gens qui pensent comme moi sont bien plus nombreux qu'on ne le croit… c'est surtout la proportion de ceux qui l'assument qui est faible. ^^ Suffit de voir la fréquentation des sites pornos présentant leurs vidéos comme des trips incestueux... ça a beau être fake dans 99% des cas, et on a beau se faire aucune illusion là-dessus (lol), la simple présence des mots "frère" et "soeur" dans le titre peut doubler voire tripler le nombre de vues par rapport à une vidéo standard. Alors certes, y’a la curiosité du cybertouriste un peu geek qui va la dessus pour le fun sans jamais trouver ça bandant, mais y’a surtout la libido brûlante de tous ceux pour qui la simple hypothèse que ce soit vrai rend le truc incroyablement excitant… même si au final, ils se matent une scène entre deux acteurs lambda qui se connaissaient sans doute pas 2 jours avant. :) Alors tu vas me dire, oui mais ce n'est pas parce que les gens fantasment sur l'inceste qu'ils se verraient le faire IRL avec leur frère ou leur soeur, et tu as sans doute raison, mais mes avis que sur 343 588 vues en 3 jours, il y en a certainement au moins un dizième (voire plus) qui ont pris l'habitude de se pignoler régulièrement en s'imaginant au lit avec leur soeur. ^^ Le contraire me paraîtrait hautement improbable lol... Et est-ce qu'on se masturbe en pensant à quelque chose qu'on trouve fondamentalement dégueulasse et inenvisageable ? Une fois peut-être, mais pas 10, entre nous. Pourtant, prend tous les spectateurs de cette vidéo dans la rue, interroge les 343 588 un par un, demande leur s’ils pourraient coucher avec leur frère ou leur soeur, ma main à couper que TOUS absolument TOUS te diront : « OULALALALA NON mais ça va pas la tête ? ! ». Lol Voilà, pour moi tout est dit, l’hypocrisie façonne la société, donc même si le taux de personnes pensant comme moi est faible par rapport au reste, faudra de toute façon pas attendre de la part des quelques-uns que nous sommes une quelconque once d’honnêteté vis-à-vis d’eux-même sur cette question. Et je m’inclue dedans, parce que là tu vois je m’exprime librement sur ce site grâce à l’anonymat, mais pose moi la question en tant qu’inconnue dans la rue, et ce sera la même chose, ne serait-ce que par peur d’une caméra cachée je te ferais le rôle mec normal qui trouve la question très bizarre et gênante. Après, lors d’une discussion approfondie avec quelqu’un de confiance je peux effectivement relativiser le truc et donner mon opinion, mais c’est sûr que c’est pas un sujet facile à aborder de prime abord, et surtout un diktat moral pas facile à démonter publiquement, même si parfaitement démontable en soi. C’est comme ça. =) En attendant tu as raison, les gens qui pensent comme moi sont sans doute bien minoritaires. Pourtant, c’est pas difficile de penser comme je pense. Suffit d’accepter une bonne fois pour toutes l’idée que l’apparition et le développement des moyens de contraception a rendu, qu’on le veuille ou non, la pratique du sexe techniquement possible avec N’IMPORTE QUI, et ce sans risquer la moindre conséquence biologique fâcheuse par la suite. La possibilité technique étant validée, il ne manque plus que la possibilité psychologique pour qu’un tel acte ait lieu. Et là, effectivement, ça bloque. Pourquoi ? Parce que la possibilité technique n’est pas encore acceptée comme telle. Quand on demande aux gens pourquoi ils ne pourraient pas coucher avec leur frère ou leur soeur, ils te disent parce que ça se fait pas, parce que c’est ma soeur, parce qu’elle m’attire pas, parce que c’est dangereux, consanguinité malformations génétiques toussa toussa, et puis je pourrais plus la regarder dans les yeux, etc etc. Pourquoi ça se fait pas ? Parce que c’est comme ça. Pourquoi elle t’attires pas ? Parce que c’est ma soeur. Pourquoi ça gêne que ce soit ta soeur ? Parce qu’on se connait depuis toujours. (et alors ? lol) Pourquoi tu te protègerais pas tout simplement afin d’éviter la mettre enceinte, comme le font 95% des gens qui veulent pas mettre enceinte leur partenaire ? Parce que c’est pas suffisant, et puis ont sait jamais. (ben quand tu couches avec une fille lambda non plus tu sais jamais, et pourtant tu le fais…) Pourquoi tu pourrais plus la regarder dans les yeux ? Parce que ça se fait pas, et qu’on l’aura fait. Et ça tourne en rond, et ça tourne en rond. Met leur exactement la même fille avec les même qualités physiques et les mêmes attraits sexuels potentiels mais qui ne soit pas leur soeur, et là ils te diront, ouais elle est bonne, ouais pourquoi pas, ils ne verront plus aucun danger à coucher avec elle grâce à la pilule et aux capotes et trouveront soudainement la possibilité technique très sympathique. Concernant leur soeur, ils ont tout simplement refusé de la voir, alors qu’elle était bel et bien là aussi. Moi, je préfère dire clairement que si je ne me vois pas forcément coucher avec ma frangine, c’est uniquement parce que je ne la trouve pas physiquement très attirante. Et le fait qu’on ait des traits de visage en commun n’a aucune incidence là-dedans, vraiment. Charlotte McKinney pourrait avoir les mêmes yeux, le même nez et la même bouche que moi, que je me la taperais quand même, donc bon… D’ailleurs, si Charlotte McKinney avait le même père et la même mère que moi, je pense que je serais profondément embarrassé par les érections incontrôlables que provoquerait chez moi la simple vue de ma frangine. Une grande soeur comme ça, là oui, je peux devenir incestueux, TRÈS incestueux même. Honnêtement, j’aurais beau ne pas vouloir une relation de couple avec elle, j’en arriverais quand même à espérer qu’elle se trouve pas de mec, histoire que je puisse continuer à me la taper le plus souvent possible. ^^ xD J’exagère un peu volontairement, mais c’est vraiment comme ça que je le vois. Si ma soeur est une femme désirable et qu’elle sait se rendre agréable sous la couette, le fait qu’on ait les mêmes parents risque de ne pas avoir beaucoup d’incidence sur le bon moment qu’elle va me faire passer. Le fait qu’on se connaisse depuis toujours non plus, et le fait qu’on ne soit pas biologiquement compatibles non plus. Pourquoi ? Parce que le bon moment, elle va me le faire passer avec son corps, ses seins, ses mains, sa bouche, son vagin, ses hanches, ses mouvements, ses caresses, ses bisous, son souffle, ses gémissements, ses cris, sa jouissance. Tout un tas de choses qui a priori existent dans la réalité sexuelle de toutes les femmes, ma soeur y compris. Donc après tout, pourquoi pas ? =)
il y a longtempsJ'ai beau trouver l'inceste dégueulasse en principe, j'ai une soeur bien trop belle et beaucoup trop bien foutue pour être regardée uniquement comme une soeur. J'ai beau être son frère, des fois c'est plus fort que moi, je peux pas m'empêcher de m'imaginer à quel point ça doit être bon de la niquer. Suis-je normal ?T'es pas une vieille réac, t'es juste victime d'une société qui évolue au compte-goutte et qui demande à ses membres de juger des actes d'aujourd'hui avec une morale d'hier, c'est tout ^^ même quand la conclusion finie bancale... car oui, ta présentation du problème est bancale, même si tu as parfaitement raison de t'interroger sur le tabou de l'inceste. En fait, avoir des relations incestueuses ne veut pas dire forcément refermer la boucle familiale et ne plus rencontrer personne à l'extérieur. Est-ce que manger français en France t'empêche de goûter aux plats locaux quand tu pars en vacances ? Je fais une comparaison absurde, mais c'est vraiment ça. Si coucher avec ma soeur signifiait pour moi signer un contrat à vie et ne plus baiser qu'avec elle, c'est sûr que je prendais mes jambes à mon cou et que je lui dirais d'aller se chercher un esclave ailleurs. Lol Non, bah, comment te dire ? Quand je couche avec ma pote c'est du plaisir instantané, et ça ne m'engage en aucun cas à ne partager ces choses qu'avec elle. Si je vais voir en dehors du cercle amical, je me fais pas taper sur les doigts et je ne tire pas un trait sur ma relation avec elle non plus. C'est pareil avec ma soeur. Si un jour elle a envie qu'on baise ensemble, je m'assurerais juste qu'elle est pas amoureuse de moi et qu'elle a pas envie de m'enfermer dans une relation (qui là serait malsaine, effectivement) ou je passerais du statut de frère à celui de mari. Si elle me dit ouvertement qu'elle a juste envie de voir ce que son beau frérot vaut au plumard, je me ferais un plaisir de lui mettre sa race pour qu'elle soit fière de son frère, mais je me gênerais pas pour aller brouter ailleurs ensuite. (désolé pour les termes, je sais c'est grossier, j'essaie juste de maintenir le niveau demandé par l'auteur de l'anecdote). En fait, coucher avec quelqu'un pour le plaisir (qui que ce soit) ne signifie en rien s'enfermer dans quoi que ce soit et s'empêcher de rencontrer qui que ce soit d'autre. C'est ça, en plus du reste, qui rend les tabous sexuels complètement caduques aujourd'hui, inceste compris. Coucher ne veut pas dire se condamner. Quand j'ai pas envie de m'engager sentimentalement avec une fille, le fait que ça se passe super bien au lit ne m'aide pas à changer d'avis. Quand ça se passe super bien au lit avec une fille, ça me donne envie de recoucher avec elle, mais c'est tout. Même si ma soeur était la bombe sexuelle la plus sensationnelle de la planète, je pourrais jamais accepter l'idée de me contenter d'elle et de faire ma vie avec elle. Je pourrais la baiser 100 fois dans ma vie si elle veut, mais jamais je pourrais lui parler d'avenir ensemble, de relation de couple ou d'enfants, ni même lui dire je t'aime dans un sens amoureux. J'aime ma soeur, c'est vrai, mais comme une soeur, pas comme ma femme. J'accepte de mettre du sexe dans notre relation fraternelle, pas des sentiments et des espoirs de vie à deux. Ma soeur, je veux qu'elle se trouve un mec et que mes neveux et nieces ne soient pas aussi mes fils et mes filles. Si je devais vivre quelque chose de sexuel avec elle un jour, je m'assurerais au préalable que c'est bien ça elle aussi qu'elle attend de moi, et rien de plus. Quand je couche avec quelqu'un pour le plaisir, je fais ça pour la CONSOMMER SEXUELLEMENT, je ne me projette pas dans l'avenir avec elle. Et je tiens à ce que ça soit réciproque, et que son objectif à elle aussi sur le moment soit de me consommer sexuellement, et rien d'autre, surtout si c'est ma frangine. Car si je me projette dans l'avenir avec ma frangine, je ne peux me concevoir qu'oncle de ses enfants, et elle tante des miens. Entre temps, il peux y avoir des heures et des heures de plaisir sexuel partagé en toute fraternité si elle veut, mais aucune allusion quelconque à quelque chose de plus sérieux ne pourra être acceptée. Car effectivement, je conçois ma vie et mon évolution personnelle en dehors du noyau familial, c'est une certitude.

Chercher sur le site (les anecdotes, les commentaires, les gens...)

Exemples de requête : 'dans le métro', 'vernis', 'Ernestine Radioconducteur', 'moi aussi !'